La mode Sioux fait polémique

Après les podiums de mode où les coiffes et autres apparats indiens ont suscité la polémique, c’est au tour des festivals de musique de s’attaquer à ces symboles de la culture indienne.

Celui de Glastonbury, plus particulièrement, a décidé de limiter les ventes de coiffe indienne durant l’un des plus grands évènements de la musique et de l’art au Royaume-Uni. Mais, il y a un mais !

Avec conditions…

Si les organisateurs ont fini par céder à la demande de certains défenseurs de la culture indienne, ce n’est pas pour autant qu’ils ont lâché le morceau. Les organisateurs du festival de Glastonbury ont en effet décidé d’interdire la vente de coiffe sioux durant le festival, mais de manière limitée. La vente de ce type d’apparats est autorisée sous certaines conditions, dont celle notamment d’avoir obtenu l’aval des organisateurs pour en vendre sur place.La mode sioux

Comme les cigarettes, l’alcool ou encore les fusées éclairantes, il sera ainsi permis de vendre des coiffes sioux si l’on dispose de l’autorisation des organisateurs.

Une certaine forme de passe-droit exceptionnel qui engage les parties à négocier avant toute vente licite sur place, le jour du festival

Cette limitation à la vente a pour origine un ardent défenseur de la culture indienne du Royaume-Uni. Daniel W., originaire de Stourbridge, a en effet demandé aux organisateurs d’interdire la vente de ce type de produits. Une idée qui s’inspire de l’interdiction prononcée par le Canada pour le festival Bass Coast. Pour se faire entendre, ce dernier a lancé une pétition sur Change.org qui n’a récolté que 65 signatures avant qu’il n’obtienne l’interdiction de la vente.Festival Bass Coast

Les organisateurs du festival ont ainsi tenu à tempérer la vente de coiffe sioux sur place. De toute manière, si les festivaliers veulent porter des coiffes indiennes, ils auront toujours la possibilité de les amener depuis chez eux.




There are no comments
Add yours